Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2022 3 27 /07 /juillet /2022 00:01

Ciel quatorze

Avec un peu de dé

Calage

ciels

L’été se noie de roses

Roses venus d’hier

Quand se morcelle l’air

Et que les nues se posent

 

Les objets ordinaires

Se concentrent par paires

Avançant des contraires

Qui osent libertaires

 

La chevelure perd

Ses traines solitaires

Les oiseaux désespèrent

 

Et se cachent voilés

Sous les écrans binaires

En tout intimité

ciels
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
2'28 de joie absolue, quel talent !!! Merci Thierry, je vais écouter de ce pas d'autres morceaux de Mari. Doux après-midi à toi et belle inspiration. brigitte
Répondre
P
il y a tant de talents interprètes de compositeurs reconnus, les unes servent les uns et inversement... et L'été de Vivaldi convient tout a fait à l'été que nous vivons...
P
La chaleur du violon <br /> Nous emporte en été<br /> Quelle félicité<br /> Sourd de cette saison.
Répondre
P
l'été 22 pèse et je ne peux dissocier le moment où j'écris et celui qui fut le moment de la photo, Vivaldi reste une une belle évocation des saisons surtout quand la violoniste nous emporte....
P
Joli sonnet aux rimes libertaires mais pourquoi avoir enlevé le E muet de toute.?
Répondre
P
ce fut une coquille le e muet a été oublié par le doigt on peut rétablir.... si ce n'est pour parler de mon intimité...
F
Un clin d'oeil sur les saisons culinaires?? Un ciel framboisé comme dessert!!!Merci à toi Bisous Fan
Répondre
P
quand la table suivait le calendrier, mais des framboises en hiver ? une autre palette papilles et saisons ...
S
Les saisons perdent aussi leur traîne..savent elles si c'est encore le bon moment pour bourgeonner, mûrir où se reposer
Répondre
P
les ciels se teintent aux couleurs des publicités ou des énormes nuées artificialisées des parfums fabriqués ?