Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus trente quatre dite alpha tango

encres vergé-35

dernière

 

Mettre les points sur les « I » / Les trémats sur les mats / Les accent sire qu’ont sexe sur les œufs mués / Les vire gueules dans les faces / Tout en sac et soustraire / À la ligne et para chutes en extases  / Un écrit vainc le surf as de la plage / Les miss terrent  les cas denses dans les anses où dansent les dents des adieux / Le bateau plombé cuve les récits stations / L’enfer cache des opus au purgatoire des stères de beaux « A » / L’acajou se la joue état j’erre / Et la morse hure des écrans claque du bec dans les blancs / Le « A » cumule des tumultes mutants / « B » des abysses béants / « C » a à dire du néant / « D » fend la bise du corps rompu / « E » a sang tué dans le logo ré des anatoles / Point final ment mal /


Les oiseaux des dico déconnent à pleins gosiers.

 

 

 


Repost 0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus trente trois « L » est ganse

encres vergé-34

 

Bric à brac / Troc de stucs / Tout à trac / Briques en vrac / Baraques foutraques et cambuses cossues / Circonflexes vernis par les humeurs des ciels / Sur l’étagère des enceintes ternies  / Une lézarde au hasard se drape beaux-arts / Sur le seuil des vieillesses / Lichens et adventices osent un maquillage hors d’âge / Le crêpe joint les solitudes / Les entorses s’alignent sans attelles ni plâtres / Se lacent les senteurs aux sutures / La silice enkyste les costumes / La parade des décades se cale minérale  / Les matières se fardent façon végétale / Les oiseaux métaphores se planquent dans les décors .

 

 

je ne pouvais pas ne pas, cette chanson de 1962

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus trente deux dite « au bon pain »

encres vergé-31

 

D’un toi l’autre / La route berce les cas hauts en couleurs et les bas de fosses / D’un hameau l’autre elle va / Dans son tube parfumée elle sème les pains dorés / Tôt elle charge / Tard elle revient / Les mangeurs de miches se doivent de garder pour demain / À tremper dans le café / « Clair de lune » / C’est son nom / Elle sert les quidams / Et leurs dames / Les lardons les nourrisses / Les vaillants les méchants  / Sur la route elle vend mies et croûtes / Et moissonne les bons mots & les nouvelles & tant et tant / Qu’on peut dire que la une c’est elle / Aile des ragots & des mistoufles & des répète-pas & des on-m'a-dit & des carnets bleus et noirs & des effets & des modes & des chagrins & les disputes & les amours  & les ruptures & les amantes & les malades & les salades & les p’tits riens / C’est son grain / Tous les temps tous les vents / Un p’tit verre et un autre / Un café et sa goutte / Ça rallong’ la tournée / Elle arrive au fournil à la nuit / Les derniers servis chantent :

« Au clair de la lune j’attends la tournée

Avec les nouvelles de tout’ la journée

Si la pâte gonfle c’est que le levain

A pris sur la lune un tour de pétrin. »

 

 Les oiseaux chantent : « Les premiers seront les derniers ».

 

 

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus trente et un dite « M »

encres vergé-30

 

Rue des pêches hauturières

La charcutière a un si beau derrière

On l’appelle mappe monde

Rue des girondes elle mène la ronde

Mais elle ne montre son arrière

Drapé de lin et pose altière

Que lorsqu’elle découpe le jambon

Toute la clientèle sait bien y faire

Commande de York de Parme de Serrano

Et la file d’attente s’allonge jusqu’en haut

Rue de la gendarmerie

Le maréchal des logis chef fort ravi

Ressort son coupe-file pour aller à l’étal

Les jambons sont toujours un vrai régal

C’est ce que disent les mâles à leurs belles légales

On peut faire des chansons avec de beaux jambons

Même si il est de mise de taire les raisons

 

Les oiseaux bandent leurs ailes dans les vents du printemps

 

 

Repost 0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus trente dite du plus fort

encres vergé-29

Les traits versent leurs tentures nocturnes / Tarentule toilée de torsions tortionnaires / « Tu » tue « je » / « Je » tracte son théâtre tortueux / Torpeur torpillée de traites métamères / L’acide lutte et le burin saigne / L’atelier temporise les tempêtes tapies / La maitrise des traits traque la strophe et la traitrise / La croûte crève la voûte / Toute tentative  tiède s’empâte / La métamorphose mute / Tarification tisane trustée à l’encan / Texture turpide tératogène / Taxinomie tâtonnante / Toise tatillonne / Tartuffe tape à l’œil tapinant pour la thune / Tapageuse tactique illico trucidée / Troc trompeur trépané  / Tropisme trivial entartré / Tréteaux truqués tributaire des travelling touristique / Terminus testament tocard tétanisé /Tirelire transpercée / Tacitement tézigue toque au tombeau taciturne /

 

 

Repost 0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus vingt neuf dite mot râle

encres vergé-28

 

Dans la rue des Beaux Draps Madame Étourneau

Achète du mouron pour ses petits zoziaux

Assis sur son derrière le chat des hauts ruisseaux

Surveille son cabas en faisant le gros dos

 

Il prête aussi son râble aux mains de la mégère

En lui faisant cadeau d’un ronron mercenaire

Il la suit le minet jusque la porte palière

Et se retrouve sec sur le seuil arrêté

Par le chien fort en gueule qui point’ le bout d’son nez

 

Si La Fontaine est raide dans les anthologies

Ses chutes bien tournées jusqu’ici ont suivi

 

Et les oiseaux véloces

S’envolent libertaires

Au nez de tout négoce

Des manuels scolaires

 

 

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus vingt huit dite mine heure

encres vergé-27

 

Cadence bluesy sentimentale

 

Minuscule accentuée dans la fièvre

Solitude ponctuée de rêves et de douleurs

Si (bleu) trouble et débordant sur la grève

Larmes et rires mêlés dans le grain

Docile sous la main et hardie sur la scène

Minérale et organique viscérale et aérienne

Si (bleu) troublante dans la verdeur des mots emmitouflés

manences des pays perdus

Fa (#)tuité des verbeux torpillée sans sommation

Largage des amarres sur le bord des violences

Mièvre s’abstenir la mimique assassine

 

Les oiseaux sur la rive accompagnent les chants venus du fleuve

 

 


Repost 0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus vingt sept dite du sitcom

encres vergé-26

Au bout de l’avenue du pont de pierres

Là où la terre se grise dans l’horizon

Le pignon de la maison du pêcheur ne compte pas les heures

Les frégates saluent de leurs rouges signatures la splendeur pélagique

La femme du pêcheur n’attend plus le bateau sur le net elle suit

Les naufrages et les tempêtes les largages et les ports perdus

Elle attend sur son siège que lui pousse la queue

Qui lui donnera la voix

Ulysse ne pourra se faire souder au mat

Sur les navires de pêche il n’y a que radars sonars et chaluts

Elle sait que ce moment sera son couronnement

Elle l’écrit tous les jours avec de beaux dessins

Sur son blog

 

 

 

Repost 0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus vingt six dite avis de tempête

encres vergé-25

 

Au bout d’la rue des trois elfes

Habitent un aigle et une hirondelle de mer

La nuit ils s’envolent sur les traits

Des gravures échappées de l’enfer

Elle dit savoir lire dans les délires

Il dit sur les doigts elle m’escorte

L’aube matérialise des idées caressées

Que le jour débaptise à coup de suffisances

Elle chante dans ses cheveux

Il encrypte ses mélodies

Quand le vent ébouriffe l’azur

L’encre des mers déborde sur le vergé

 

Les oiseaux des ciels excédés

Jouent les dés des années

 

 

 

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 00:00

Etude opus  vingt cinq / dite Mi sel

encres vergé-33

... / Rue des filles de joie / Loge Madame Mademoiselle / Elle file à la messe hiver comme été / Maîtresse du boss elle stresse / Les mômes chantent : l’as tu vu (bis) / La dame et son fichu / Son corsage si sage / Elle s’coue les fesses rue des belles filles / Le bedeau la courtise / L’as tu vu la dame dans son jus / Affronter la bise qui traverse sa chemise / Elle serre les lèvres dans le vent cru / L’as tu vu entre deux étincelles / Son regard déride la bonne et son curé / L’as tu vue (bis) / Elle chante des cantiques qui font pleurer / L’as tu vue les soirs de brumes salées / Les oiseaux du missel en perdent leur latin / ...

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche