Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 00:01

Sur l’accord / du virage

riffs-011.jpg

Peau sur chevalet et table d’harmonie lancent

L’accord de départ et se mêlent en des mondes

De fièvres et de malheurs de liesses et de noirceurs

La belle sur les frets annonce son talent

Et catapulte dans l’air son parfum enivrant

La descente en virtuose dégomme les espaces

Où se meuvent des distances sans bornes

Les étoiles des ciels intérieurs

Et les fruits de la terre

Les chimères des enfers et le sable des plages

La fleur au bout du manche dévoile dans les yeux

Des chanteuses plurielles des rêves de candeurs

Installé sur ses cordes le doigté virtuose

Et double le challenge de verdir un hiver

De tiédir une cagnard de sonder un orage

Et d’atterrir piano sur des élans fous

Rire sur la panse des bourges et des ripoux

Croiser le fer des anges de luxures

Brasser des mers des océans d’usures

Briser les chaines des geôles des blessures

Et chanter ce jour les ors et les ordures

 

« Et j’ai vu quelques fois ce que l’homme a cru voir »

 Arthur Rimbaud : Le bateau ivre 

Gus Cannon : Poor boy, long way from Home

 

lino & txt : tg / mise en scène & encadrement pjtg


 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 00:01

Sur la corde / Vire âge

riffs-010.jpg

Sur l’accord des traits

Sur l’écart des traits  

Se trainent les effets des frissons

Et par gnons et  faiblesse des veines

Sur fer des plaies qu’assène

La fissure des plaies actrices

S’introduit la finesse

Du pli sur l’onde des esses

Au dénombre des cicatrices

Là le blues pousse en solitude

Hématome ou turpitude  

Dé calque âge ou magnitude

De plaisirs en servitude

La chanson coud sur trahisons

Des douleurs aux traits lésions

Qui s’en vont sur le hasard

Écorcher les plaies des arts

Un concert sur le qui vive

Qui élabore des matins clairs

Où des rais de lumière crues

Déterminent  de nouveaux termes

En cavale sur les rives

Ressac des mots experts

Portés par un orchestre de rue

Que rien ni personne n’afferme

 

Susan Tedeshi : Little by little : guitare et voix

 

Lino et txt : tg / tirage mise en scène : pjtg

Partager cet article
Repost0
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 00:01

Cadences des pas

riffs-012.jpg

Les pas du trimardeur avancent en cadence

 

Sur le rail d’acier de traverse en traverse

Sur le remblai crasseux de ville gare étape

Sous des ponts de hasards et de rudes saisons

 

Cadence du matin sans ampoule ni soif

Cadence du midi qui cherche l’ombre et l’eau

Cadence du soir hésitante et blessée

 

Les pas des  trimardeurs  calculent l’horizon

Conjuguent sur le dur les heures de détresse

Ajoutent sur la page les douleurs des détours

 

Les pas du vagabond multiplient les errances

Et modulent les sens des espaces inutiles cachés

Dans de pauvres héritages silhouettes dans les vents

 

Les pas du chien perdu se tressent des espoirs

Aux allures de paniers coincés sous un balcon

Avec soupe et chats pour varier les abois

 

Les pas des amours flous s’allongent sur le  soir

Pas de valse entrechats des oiseaux du désir

Pas de glisse en silence pas sur peaux et  si

 

Les pas des mômes sages qui attendent dans le noir

Les baisers d’une mère un geste rassurant

Au coin du bar perdu là bas au bout du triage

 

Guitare et banjo et Otis Taylord : Ten million slaves

 

Image et txt : tg / mise en scène et encadrement : pjtg

Partager cet article
Repost0
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 00:01

Un porte-folio, un livre

livres-groutel-01.jpg

 

Le poids des mots se leste de tout ce qui est nécessaire à fabriquer l’objet imprimé / Ce qui est réuni là / En cet agencement d’encre et de papier / Dépasse les matériaux qui le constituent / Se réunissent ici les soins de l’imprimeur et de l’auteur / Le compositeur apporte son art à celui du parolier / Les dimensions de ce qui est entre les mains du lecteur excède les simples unités de mesure / Tenir l’objet / Apprécier son poids & sa forme / Sentir le grain du papier / Les zones où les caractères ont laissé leurs empreintes / Sentir les odeurs mêlées en un parfum / Cet objet ne peut être comparé aux pâles copies que l’on trouve ailleurs / C’est un navire à l’assaut de l’océan de l’illettrisme & L’obscurantisme & L’égocentrisme & De l’autolâtrie & De l’indifférence / Un navire chargé des cargaisons inouïes de savoir & de connaissances & de sentiments &  d’émotions / Un vaisseau armé d’amour &  de lucidité & de beautés ineffables / Ce n’est pas un ersatz un clone une copie / Depuis Gutenberg il se charge des traces de l’humanité  / Quelques euro font la différence entre clones et originaux / Par ces temps de grains et mauvais temps / L’atelier de Groutel a besoin de ces quelques euro qui font la différence / Pour aller de l'avant et affronter les tempêtes à venir /

livres-groutel-03.jpg

 

A G le 24 avril à 20 heures 30 en ses locaux au 25 hameau de Groutel Champfleur venez nous rejoindre.

 

Léo Ferré : La poésie contemporaine

Partager cet article
Repost0
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 00:01

Accès sur vert d’heure

pignons-sur-nues-rv-02.jpg

Ans de grés ou de force naissent les tons

Ne ment que le frontal aux chais des saisons

La frime des verts glas cuivre ses oxydes

Dans les os élimés par les héros bifides

 

L’envers des verts referme les besaces

Où Artémis  banda l’arc vers le bel Orion

L’avers des jaunes zone entre ange et démon

Érinyes en colère et Harpies sur les traces  

 

Les transes des lettrages étreignent les fossiles

Erigés par hasard sur les plages des idylles

Crucifiée pour le suc des versions asthéniques

La forge du crépuscule se reloue des viatiques

 

L’envers des messages éclabousse les nues

Rutilements des lumineuses trainées

Qu’Arthur a tant aimé mais ne pu publier

Tout soleil est abstrait et toute lune est nue

 

un autre groupe entièrement féminin Girschool

Emergency

 

image : pj / txt : tg

Partager cet article
Repost0
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 00:01

Accès plat tonique

pignons-sur-nues-rv-01.jpg

Aux degrés de teintes se dégrisent les sillons

Sur les veines évasées des clives du hasard

Des esquives de casses s’enivrent d’affronts

Donnés sur les lésions des axiomes des arts

Livrés avec les sels des marées du chaos

L’escale des ouvrages entorse les désirs

Des soleils découverts sur sentier déplaisirs

Un deux trois ça marche avec le timbre haut

Des refrains fortunes que s’inventent les corps

Soulignée de travers l’averse perd le nord

Mathématiques obscures qui se pratiquent

Dans les ombrages  des ouvrages oniriques

Ailés dans le sillage ange de rebellions

Armés dans les tavernes aux gnôles pacifistes

Où nagent des lettrages aux allures d’oiseaux

Refrains couplets coda constellés dans les eaux

Refrains couplets coda constellés dans les os

 

on retrouve François Béranger avec un beau texte

 

images : pj / txt : tg

Partager cet article
Repost0
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 00:01

Travaux et A G

groutel-avant.jpg

Avancement des travaux

Nous avions quitté Groutel ainsi

groutel-01-04-015.jpg

Oye Oye brave gens Groutel est géant

Groutel est un champ et un chant si grand

Que sortiront des presses et des agencements

Des beautés de typographie

Des trésors de textes et des évènements

Où arts et esprits seront de la partie

Où gentes et gents s’inventeront en poésie.

 

et s'il en est qui veulent nous rejoindre n'hésitez pas

 

Un peu tardivement cette année, l'A. G. de l'association Atelier de Groutel présidée depuis l'origine par François BRILLAND, se tiendra le vendredi 24 avril à 20h30, dans l'atelier lui-même (25 hameau de Groutel, à l'église de Champfleur, direction Bourg le roy, avant le dernier virage du hameau à gauche).

Bilan de l'activité 2014, bilan financier, montant de la cotisation 2015, perspectives et questions diverses.

Pôt de l'amitié en clôture.

  Si vous ne pouvez pas venir, veuillez m'en informer (pour les chaises et la boisson) et donnez votre pouvoir à:

François BRILLAND, Président

Dominique BORÉE, Trésorier

  Sont membres de l'association à jour de la cotisation 2014 :

Yves BARRÉ, Pascal JUHEL, Nathalie RAINJONNEAU, Thierry GAUDIN, Jean-françois HÉMERY, Claude LEROY, Anne CERTAIN, Franck COTTET, Françoise COULMIN, Hervé EPINETTE, Annibal CRI D'OS.

 

Guy ALLIX (Président d'honneur) jacques RENOU dit LE WOLF

 

des suédoises qui envoient CRUCIFIED BARBARA : Rock me like the devil

Partager cet article
Repost0
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 00:01

Ceci n’est pas mais nait !

pignons 09

 

 

                                                À chaque regard nait le poème / Ache veut du bleu du si aile veut / Du bleu du ciel dans le tube / Pigments homogènes / Ça fait comme mais ce n’est point / C’est tube dont l’un vent si on de l’un presse eau n’isthme / Entre hâte liée et pleine air / Avaler les brins de ciel en vrille et en prises à que veux tu / Quand coin clique sur rouge qui bouge / Là zone des  zigues pas drôles / Ça zig sans zag ou un vers se ment / Et pizzicato  sur bande et nuages / Zigoto sans zinzolin mais mise en zizanie sur zonage zoo isolé / Ça zoom zouave quasi zain / Zen zappé zéro zèle mais zest zinzin / Zygote azalée zébrée / Est ce qui c’est point d’un taire Ô gars scions les extraits mythés / Fins fils / Fils fins / À lire sans délire mais avec prêts sis ions / Belles boucles / Qui brille pour tous / Trame aux ciels du maitre eaux nomme / Les aime mots globe in / Et crie les tutelles d’élire des tons pugnaces des acres y lit que ce que sain bol est net et sang bave hure mais traits d'énergie de  pensées/ pan

 

et prenons une leçon de peinture avec Boby Lapointe

 

toile : pj txt : tg

Partager cet article
Repost0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 09:30

Homme lettre

bande noire 01

 

Les veules expertises laissent sur l’estran

Des vieillesses perdues de sombres signatures

Que des anges perfides conchient en dedans

Mimes idolâtres  de restes de nature

 

L’architecte du néant abat sa main pleine

La danse sous l’échafaud rejoue pour la reine

Des chimères aux serres précises repeignent

Les cheveux des hasards que les faux amours teignent

 

Sous les arches des solitudes des géants

Se calculent des trajectoires impalpables

Des crépuscules minutieux aux yeux de sables 

Enterrent pour le mieux les héros des écrans

 

et un beau texte de Léo Ferré /Words words words

 

txt et image : tg mise en scène : pjtg

Partager cet article
Repost0
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 00:01

os vaut vit part

bande noire 004

 

La mise erre de plans en lavis qui ne savent

De l’amour que des lettres copiées sur épaves

Les aventures encadrées  des saints vendus

Sur le dur avec des clones de remords tus

 

L’escale entre les nuits et les aurores nues

Stratifiée sous les gibets aux flores émues

Raconte dans la langue des amours fanés

La faune interlope des célestes contrées

 

La geste des narrateurs aux regards de verre

Rejoue les mélodies rescapées des éthers  

Où des amants aux corps de flammes illuminent

Des galaxies perdues aux confins des enfers

 

séquence nostalgie : Creedence Clearwater Revival : Down to the corner

 

txt et image : tg mise en scène : pjtg

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche