Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 00:01

Bienveillance

Arbres

Mes frères aux bras si fraternels en silence

Dans la nuit des étoiles quand le vent s’élance

Dans la fière présence gorgée de patience  

Vous bercez nos espérances quand le temps pense

 

Arbres pansements des blessures asséchées

Par les calendriers nourris au fil des coups

Tôt portés par les mères indignes les cous

S’ornent de bleus de sillons décors et colliers 

 

Arbres aux accents constants qu’épargnent les ans

Que rages et crasses cousent un à un puits

Sans fond que le blues creuse par monts et par vents

Et les oiseaux portent les fortes harmonies

photos / txt et choix musical : tg

Partager cet article
Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 00:01

Fragilité en si bémol

À l’ombre des oiseaux / 31

Si fragile est le chant des oiseaux évadés

Que le souffle des égoïsmes peut les tuer

La sente inventée des écoles libérées

Trace sur les paysages des lettres clefs

 

Quand les aubes pâles éteignent les étoiles

Avec la douce vigilance des rétifs

Que les chorégraphies des ailes ébouriffent  

Sur la dernière frontière qui se dévoile

 

Les becs allument des éclairs que seuls les bêtes

Perçoivent et peuvent délivrer la lecture

S’inventent des chemins de traverses la crête

Des  heures s’élance loin de toute censure 

image / txt / choix musical : tg

Partager cet article
Repost0
11 avril 2019 4 11 /04 /avril /2019 00:01

agapornis fischeri

les Inséparables (fable)

Il  était une fois un pauvre homme

Qui s’était perdu entre somme

Et total des avoirs

Isolé entre espoir

De gains renouvelés

Conquêtes de marché

Opérations et chiffres

Le silence des taux

Ne connaissait ni fifre

Ni orchestre ni signaux

Recompter les totaux

Comblait son horizon

Très loin de tout flonflon

Virgules et zéros

Comblaient ses espérances

Colonnes et absence

Au coin d’un parc recul

Une femme au hasard

Deux oiseaux en regard

Il pense ridicule

Ils s’aiment c’est très beau

Articulent des lèvres

Dans les calculs c’est trêve

Il en perd tous ses mots

Un trouble l’envahit

Des souvenirs d’enfance

Une parole enfuie

Un baiser à distance

Il abandonne tout

Puis la femme sourit

Il l’a suit ébahi

Et il part loin des sous

Liquider les actifs

Sans rectificatifs

 

Moralité

Qui croit tout posséder

Ne tiens que l’ombre de ses rêves

Les bilans crédités

Sont possessions vides et  brèves

Au regard d’un baiser

Une douce envolée

 

agapornis fischeri oui

(Inséparables de Fischer)

Il faut bien dire ici

Les noms de ces  acteurs

Ils signent des deux ailes

Sans rire nid rebelle

 

f

Partager cet article
Repost0
8 avril 2019 1 08 /04 /avril /2019 00:01

Egretta garzetta

 

Ailes et coups suite

Ailes posées

Reposées

Évidence exposée

Dans l’intense

De l’azur

Pose dans la danse

Car

Le vide

Gouffre

Abime où s’engouffre

Dans l’absence

L’élégance arrêtée

Dans l’immensité azurée

Croche sur la portée

Ou blanche pointée

Sur clef éthérée

Harmonique ésotérique

Trésor éphémère

Frêles pause arpenteuse des nues

Hors pesanteur

Aisance effrontée

Arpège aux doigts des ramures

Murmures

À la vue des cibles

L’œil gavé ne sait plus

Le grave accent des revues

Qui se peuplent derrière

La cornée théâtre

Mémoire exaspérée

Au vu et au su

Savoir et voir

Photo : Bernard Groult : txt et choix musical : tg

Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 00:01

sur les jetées du temps

aquarelles (une...)

Sur le quai du réel

Quand s’efface le ciel

Quand l’horizon se fond

Sous les signes qui font

 

Du paysage un ton

De la ligne le front

Quand flotte la frontière

Qui se meut en lumière

 

L’angle des idées joue

À élever le flou

Qui signe la splendeur

Les forces et  l’ardeur

 

Des pensées qui s’envolent

La chaleur des alcools

Que l’utopie arrime

Aux notes et aux rimes

 

Attraper sur les ailes

Des rires et des belles

Des rythmes des tempos

Qui donnent un repos

 

Une esquisse à offrir

Aux oiseaux et aux lyres

Des musiques légères

Qui redessinent l’air

aquarelle : Pascal Juhel (pj) / txt et choix musical : Thierry Gaudin (tg) 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 00:01

Branta bernicla Branta bernicla

Ailes et coups suite

Les vagues accompagnent

Et bercent la cadence des pennes

Les sens scrutent les lignes

Battements  bercées par le tempo

Marées orchestrées

Baguettes libres

Des chefs immémoriaux pointés

Aux symphonies des extrêmes

Qui se suivent sans esquives

Les ailes broutent

Les espaces infinis

Que les pattes peignent

Du bout des griffes

Esquisses tentées

Par des plumes hardies

Interprètes bousculés

Par les vents d’hier et d’aujourd’hui

Quand la verve des océans

Assène ses verdicts

Ou doux ou violents

Les brasements 

Animent l’orgue

Des éléments premiers

Dialogues incessants  

Respiration de l’évidence

Qui danse du sud au nord

Et d’est en ouest

De vrac en vrilles

Téméraires voyageurs

Signataires des azimuts

Ailes et coups suite

Photo : Bernard Groult : txt et choix musical : tg

Partager cet article
Repost0
30 mars 2019 6 30 /03 /mars /2019 01:01

  Sale gosse

 

Pjtg reçoit S J / dix-huitième envoi

Je fais râler ma mère

Quand je vois une flaque

Je ramasse mes godasses

Je claque dans la flaque

J’éclabousse la caillasse

 

Je fais râler ma mère

Ça me fait marrer.

 

Je fais râler ma mère

J’aime trop les bonbecs

Ça me fait des trous dans les dents

Des trous de souris

Quand je souris

 

Je fais râler ma mère

Ça me fait marrer.

 

Je fais râler ma mère

Je mets le feu au sapin

Ça me fait rigoler

Ma mère elle est en rage

Elle me dit que je suis barge

 

Que tout va exploser

En plein dans mon visage.

Pjtg reçoit S J / dix-huitième envoi

txt : Stéphane Juglet / image Victoria / photo : tg

Partager cet article
Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 01:01

Plaines souveraines

À l’ombre des oiseaux / 30

Ailes déployées

Sur l’immensité

Les oiseaux surveillent

Sur les grandes plaines

S’en vont et s’en viennent

Et dansent et veillent

 

Dans les vents sereins

Par de beaux matins

Les tempêtes brusques

Qui sèment les frusques

Des fougères fières

Et des blés austères

 

Les âmes des êtres

Urbains et champêtres

Regardent et lisent

Les pages qu’élisent

Ces serveurs du ciel

Quand la terre scelle

 

L’alliance si belle

Qui unit les ailes

Aux horizons forts

Les hommes retors

Se taisent et meurent

Entre heurts et labeurs

À l’ombre des oiseaux / 30

Image /txt /choix musical : tg

Partager cet article
Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 01:01

Près de l’étier

L’âne si doux …

Il s’appelle Amédée

Il n’était pas bien né

S’entend en société

Souvent  mal entouré

D’oiseaux peu éduqués

 Entre travaux des champs

Et dur labeur marchand

Seul il aimait les vents

Ou doux ou bien violent

Qui passent les frontières

Et sortent des ornières

Venaient tous les enfants

Lui caresser les flancs

Le chant de l’alouette

Pouillot ou bien fauvette

Goélands et guifettes

Le berçaient l’entouraient

C’est c’est ainsi que l’âge

Et le progrès venant

On le laisse dans l’herbe

Dont on ne fait des gerbes

À peine une cabane

Ouverte par devant

Mais viennent les amants

Poètes et errants

Lui dire doucement

De Francis James le doux chant

Qui lui promet le paradis

Et lui faire signe en passant

Chanter jours de peines et puis

Fable sans morale

Simple par la beauté

Des bêtes et des gens

Quelques rimes affables

L’œil grave et étonné

Le salut des braiments

L’âne si doux …

Photo, txt et choix musical : tg

Partager cet article
Repost0
21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 01:01

Ailes et coups suite en soleil majeur

La compagnie des oiseaux

Ponctuation

Pont en action

Entre île et éthers

Entre lui et rives

Entre aile et spectateur

Les nuages les paysages

Les entre lignes des portées

Entre les pages des ouvrages

Qui dépassent la morne borne

Des assignés à crapahuter

Ou à ramper

Au ras des rochers

Sur les épis

Peignes des herbes

Des fleurs

Des orties

Des épines

Raseurs des mottes

Images d’orfèvre

Toujours brèves

Car la relève est exténuée

Roues routes et bitumes

Sur glaise engraissée

D’azotes pétroliers

Arbres englués

Embarbouillés d’intrants létaux

Zéro boulot car les boisseaux

Emprisonnés dès la levée

Sont ensilés dans le béton

Ponctuation entre clin d’œil

Et ciel teinté

D’un soir d’été

Point peint

Dans le feu des cieux radieux

Photo : Bernard Groult : txt et choix musical : tg

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche