Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 00:01

Troisième station

Cyaniste caeruleus

Pjtg invitent b g / La compagnie des oiseaux

Moment ornitho * :

On ne dit plus Parus caeruleus mais Cyaniste caeruleus

Trois espèces dans le genre :

Cyaniste teneriffae : mésange nord-africaine

Cyaniste cyanus : mésange azurée

Cyaniste caeruleus : mésange bleue

Et neuf sous espèces

Tout le monde connaît le bleu de cyan

Cyaniste vient du grec kuanos : éclat bleu, métallique

Et caeruleus : du latin bleu azuré ! Y aurait il comme une redondance ?

 

Je zinzinule ou zinzibule ou les deux

Je crie aussi pour avertir du danger

Je récupère les sacs fécaux à chaque becquée

 

Je demeure pas très loin de chez Antoinette

Sans se fréquenter nous voisinons en coquettes

Ce bleu très seyant  signe

Faits et danses malignes

 

Toute l’année je vais et viens dans le jardin

Mais au printemps la couvée a toujours si faim

Une chenille un vers

Un bol d’air c’est salaire

 

Je ne crains rien et si tu viens un peu trop près

C’est sans frémir que je t’houspille et crie sans frais 

Bleue véloce et jaune et

Blanc je vais et vaque et

 

Je me prénomme Georgette du bleu de Cyan

Dites moi si vous voyez clair sans faire l’âne

Allez j’ai du boulot

Et retenez le mot

 

*(pour ornithologie)

Sur les photos de Bernard Groult : txt et choix musical : tg

Partager cet article
Repost0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 00:01

Seconde station / vie de famille en saison

Parus major et parus major

Pjtg invitent b g / La compagnie des oiseaux

Raymond n’est pas grognon

Juste affairé et vif

S’il ne dit le jour bon

C’est qu’il est très actif

 

Se garder des dangers

Aller chercher quérir

Et ramener les vers

Les chenilles plein bec

 

On oublie les baisers

Entre les sacs agir

Courir revers envers

Beau temps faut faire avec

 

Antoinette et Raymond      

À Noter la  chanson

C’est le ton sur moisson

Des chansons  de saisons

Sur les photos de Bernard Groult : txt et choix musical : tg

Partager cet article
Repost0
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 00:01

Première station / à la maison

Parus major

Pjtg invitent b g / La compagnie des oiseaux

Je m’appelle Antoinette de la Charbonnière

Voici le gite que Bernard nous a offert

Loyer à convenance et protection discrète

Et de plus portraits à volonté C’est très Chouette

 

Me dit ma voisine du soir quand on se croise

Car entre ailées on ne se cherche pas de noises

On visite on élève et on vaque à nos œuvres

Entre nous pas de pied de bec ni de manœuvres 

 

Inélégantes ni amorales chacun

Et sa chacune nous aimons puis élevons

Volons puis chantons entre teintes et parfums

Et je vous présente mon compagnon Raymond

Sur les photos de Bernard Groult : txt et choix musical : tg

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 00:01

Zoziaux & cie / suite neuve

ou presque

À mes oiseaux / n & b (d’œufs y aiment vols)

À mes oiseaux griffés

Sur les copies givrées

Des actes révoltés

Dont les serres ignées

 

Ne détroussent que l’aire

Des réclames binaires

Notées en caractères

Vulgaires  bistrotières

 

Obligées à distraire

Des alcools ordinaires

Vouées à contrefaire

Les dires libertaires

 

Les mots qui solidaires

Savent  bercer les frères

De chants sages et fiers

Doux accents florifères

À mes oiseaux / n & b (d’œufs y aiment vols)

Txt et image et chxmusic : tg

Partager cet article
Repost0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 00:01

Poésie à l’école

Messei / Orne / CE 2 / 07 04 2017

Après un accueil chaleureux

Le tableau devient en à peine une demi-heure

Un espace plein d’idées et de pistes de travail

Mots en vrac

Pour écrire des poèmes

Ou des poésies :

Un litige a surgi

Que dit-on ?

Que dit on ?

Messei / Orne / CE 2 / 07 04 2017

images : tg / txt : tg + écoliers + Raymond Queneau / chxmusic : tg

Partager cet article
Repost0
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 00:01

Zoziaux & cie / suite dix

À mes oiseaux / n & b troisième vol

Dans ces vols qui s’acharnent et qui se décharnent

A contenir les espaces dans la durée

Et la mémoire écritures  armées en carne

Avec les plumes et les échardes parées

 

Des images des chansons des mots récoltés

Aux hasard à contresens et sur les visages

Des brumes et des écrans et des paysages

Moissons ordinaires et passages frottés

 

Aux alarmes et aux caresses aux baisers

Vivaces et vivants en corps plumes posées

Dédicaces fragiles que seul le gris gère

En sillages et vers stables dans la matière

À mes oiseaux / n & b troisième vol

Txtimagechxmusic : tg

Partager cet article
Repost0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 00:01

Di a  ese  parado / es  parado  día

Di a  ese  parado / es  parado  día : Arbres rouges / écarlate couché

Se deslizan mensajes sin uso - arranques 

que se quiebran con las alas de los cuervos declinados

Con las páginas de los castaños maquillados padres

De los ninos en demasía vitaminados pero calcados

 

La cabaña  de los chavales azorados se pinta

De suspiros y cantos largados a carne viva

Percibidos en pasivo los paisajes desplegados

Leyendas vaciadas agarradas a sus harapos

 

La arena de noches grises despedaza los flujos

En los bancos de vidrio rotos por pasos febriles

La melodía  filtrada araña los labios desnudos

Naufragios disfrazados de los refugios angustiados

ce texte est la traduction de ce txt déjà paru sur pjtg et dans l''Iresuthe n°39

pour mémoire : Sur les lueurs ou : Dis ce trait / ce trait dit

Di a  ese  parado / es  parado  día : Arbres rouges / écarlate couché

Se glissent des messages hors d’usage élans

Brisés sur les ailes des corbeaux déclinés

Sur les pages des marronniers fardés parents

Des enfants sur vitaminés mais décalqués

 

La cabane des mômes éperdus se farde

Des soupirs et des chants largués sur le vif

Paysages dépliés perçus au passif

Légendes évidés agrippées à leurs hardes

 

Le sable des nuits grises morcelle les flux

En bancs de verre brisés par des pas fiévreux

La mélodie  filtrée griffe les lèvres nues

Naufrages maquillés des refuges anxieux 

Et le commentaire du traducteur

Ah traduire-trahir ! Non traduire-transduire  en autre  langue, remuant, mélangeant  rythmes, consonances, images, résonances  inattendues, tout ce qui va dire un même  et son autre, ses autres  possibles, dans le monde  des  langues  qui s’accueillent, hospitalières  et joueuses, pour dire et redire « la mélodie filtrée  « griff(ant  leurs) lèvres nues  ».

Bon, en plus clair : Qu’ai-je essayé  de faire avec le poème  de Thierry ? Essentiellement, trouver une structure  rythmique, qui me semble fondamentale  dans  ce que « ce trait dit ».

Mais aussi des échos  de  sonorités  dans  les mots  espagnols, sans  trop  déformer  les  images  que  j’ai essayé  de  conserver  au maximum,  en évitant  autant  que  possible le mot à mot plan-plan : traduction prosaïque  et véritablement  traîtresse, sous  le triste prétexte d’une  fidélité au « sens ».

Mais j’avais à construire (composer-créer…) une forme  espagnole, par  la langue  et  la prosodie. Il n’y avait pas moyen, évidemment, de  trouver  une  matrice  formelle qui calquerait le rythme, ni des mots  qui se  couleraient  dans  ce  moule. Je l’ai donc  élaboré, ce moule, suivant  une  musique  qui peut  se  mesurer  et, j’espère, s’entendre.

Et le titre ? Ah là, il y avait de quoi transpirer, et inventer carrément  :

Je n’ai conservé  que  le chiasme.  Si je le traduis en français (un comble !), ça peut donner : Dis à ce chômeur / il est jour paralysé

Je ne peux  pas  être  content  du résultat de tout cela (impossible et prétentieuse  gageure  ?), mais j’ai eu du plaisir à tâtonner  dans  ce  monde  des  mots  en musique,  à me  lancer dans ce  voyage  intérieur. Ce n’est que  dans  cette  modeste  mesure  que  je me  permets  de partager ce travail, en offrande  amicale  à Thierry, mais plein de honte  pour  les déceptions que  je ne vais pas  manquer  de provoquer  chez  les amoureux  connaisseurs  des  deux langues  et de  la Poésie.

traduction et commentaires de Michel Sans

image / pj / txt et choix musical : tg

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 00:01

Zoziaux & cie / suite huit

 

À mes oiseaux / n & b premier vol

À mes oiseaux qui veillent

Sur la ville où je marche

Là où ma chanson paye

Un pot aux piafs sous l’arche

 

Les toits s’indurent  brefs

Sillages aux virgules

Fugaces astronefs

Des ivresses calculs

 

Approximatifs riffs

Eclairs images rages

Quand s’envolent furtifs

Les rebelles aux cages

 

Mes oiseaux du hasard

Intelligences actes

Pensées autodidactes

Pactes sans artefact

À mes oiseaux / n & b premier vol

Txtimagechxmusic : tg

Partager cet article
Repost0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 00:01

Zoziaux & cie / suite sept

À mes oiseaux / ainsi d’œufs sut ite

Zébrures zieutées par hasards sur les beaux arts

Hésitations bizarres mesures glorieuses

Qu’amusent ces plumes sur des pages rieuses

Élisions nerveuses assumées dans les bars

 

Ces croches véloces ailes notes du soir

Ces portées si frêles que les voiles s’en mêlent

Les mats sur les rives ne signent de la belle

Que ses airs résolus  son zèle sans devoirs

 

Quand des barreaux des baies circulent dans le noir

La cruelle cécité des passants perdus

Sans savoir ni repentir la brosse sans fard

Signe clairs obscurs et rêves et invendus

Txtimagechxmusic : tg

Partager cet article
Repost0
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 00:01

Zoziaux & cie / suite six

 

À mes oiseaux /en fuite

À mes oiseaux

Éparpillés sur les lignes des ans bercés

Entre marge et corps de textes alinéas

Post-scriptum  dissimulés lettrage crypté

Arondes aux vols brisés par les aléas

 

Scripte élégant accessible aux rares lettrés

Virtuoses des pages blanches papier brut

Sans trame où l’âme se perd dans le vide abrupt

Les cernes autour des yeux ineffables béent

 

Ajoutant aux esquisses des trainées  embuées

Aux escales impossibles les charges taisent

Oubliant les chasseurs et les fausses falaises

Sur le mur sans chaleur tout ce sang à laver

 

TXT ; IMAGE ET CHX MUSIC : TG

Partager cet article
Repost0