Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 00:01

Mire ou arts

acry-09.jpg

 

Une mélodie en puits sciences

Etaie les piles liées de la nuit

Les âmes des femmes vaquent

Dans les corps durs des chats

Grains d’or niés hier dans les combles

Les nues cuvent leurs esses

Pets rances des ignorances

Dans le dé fou les pistes figées

Un cas drille  carre ses pas dans les faux

Fuyants sous les airs peignés

Des feux naitre et s’en aller

La laisse des ans vire rondes

Sans barre de butée

Mais la borne ans registres

Ne cède aux arts que des figures

Ecorche-cœurs des souffles

Et teint sur reflets des tains

Que mirent ou arts ou vacuité

 

hommage à un grand qui vient de disparaître, je ne ferai pas de jeu de mots à propos de l'hiver, ni de la chevelure de neige.

Repost 0
Published by pjtg - dans nuits
commenter cet article
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 00:01

Dés roulés


bande 001

 

 

Les pairs spectres ivres n’insultent que les angles

Où viennent nidifier des ombres armées de sangles

Les alcools délétères que l’horizon boit

Ouvrent sur les scènes des oripeaux sans joies

 

Les aires se découvrent absconses et stériles

Le couvert des lignes n’ébruite que des râles

Croisements camouflés ni femelles ni mâles

Fébriles et rémanents / masques qui défilent

 

Sœur Anne sur le balustre bouffe la consigne

Les créneaux architectent les avoirs indus

Que les acteurs publient sur des feuilles indignes

Les fables se perfusent de morales vendues

 

une belle voix un beau texte tout ce qu'il faut "Jimmy "

une belle chanson

 

 

rattrapage : voilà l'image doublée il y a quelques jours. c'était pour voir ceux qui suivent (comme disait mon instit) on peut replacer dans l'ordre de lecture main tenant :

bande 004

Repost 0
Published by pjtg - dans chansons
commenter cet article
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 00:01

Trois y aime vos laids

bande-004-2.jpg

La porte hier éclabousse les seuils minés

Sous les pas des homicides ordonnancés

À la crèche des aumônes les veaux ruminent

La réserve d’hormones trie son albumine   

 

La craie sur les ailes du temps crisse à vents

Perdus annonçant les serres des vautours sourds

Aux prières des enfants scotchés sur le champ

Le mètre des exits tance les sœurs d’amour

 

Les mondes hissent sur les orgues des cosmos

Morts nés les lèvres du désir sèchent les os

Effeuillés des missels cadastrés par des anges

Perfusés de pavots flores nourries de fanges

 

TomWaits dans toute sa splendeur

Repost 0
Published by pjtg - dans chansons
commenter cet article
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 00:01

souvenirs d'Ilion (*)

bande 003

Ne garder que la peau et les yeux des outrages

Revendre sur les lieux les effets des trucages

Aux annonceurs odieux que la peine génère

Et tracer sur la plage des portraits grands ouverts

 

Dépiauter les linceuls des fausses aventures

Redorer les marges de l’encre des épures

Chronos n’en finit pas il dévore sans trêve

Et sème sur les pages les exuvies  des rêves

 

Un fanal éphémère ose tromperies létales

Exhumer de la grève des coquilles banales

Qui viennent écorcher les cicatrices sales

Et saler le jusant d’écumes animales

 

(*) : Troie

séquence nostalgie le grand Bob mille neuf cent soixante trois ( je souligne)

Repost 0
Published by pjtg - dans chansons
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 00:01

Temps d'eux

bande 003

Les oiseaux du malheur fondent le paysage

Avec les nerfs les os les rêves des otages

Leurs couleurs broyées par des artistes sans gages

Sans savoir écument les portées des naufrages

 

Pirates ombrageux que les dieux ont griffés

Trimardeurs ébouriffés par les vents empestés

Femmes écrasées sous les prétextes armures

Mômes entreposés sur les pages et les murs

 

Les graphes des galères rament sur les mers

D’Ulysse de Colomb et de tous les migrants

Saluant Arthur et ses exocets / colères

Sur le fleuve ils signent de leurs gestes trop lents

 

on ne pouvait pas échapper à celle là : l'autoroute vers l'Eden

Repost 0
Published by pjtg - dans chansons
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 00:01

Temps initial

bande 002

Les fleurs du temps n’épousent aucun mouvement

Elles prennent aux peaux leurs traits leurs laits leurs éclats

Qui se singent un jour l’autre au défilé des ans dans l’état

Les fleurs du temps se repaissent  des faux fuyants

 

Ni soucis ni rose ni belle pérenne

Sur les ailes des rires des peines sans graines

Sans sang ni apparences sans flore indexée

Elles instruisent les procès des errances fanées

 

Les fleurs du temps ne se laissent cueillir qu’au creux

Des cercueils et des fosses / souvenirs du style

Mémoires innervées des images fragiles

Dont les mains ne caressent que de pauvres vœux

.../...

Nathalie Merchand.

Repost 0
Published by pjtg - dans chansons
commenter cet article
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 00:01

Risée

Ecrans-partiels-012.jpg

La pertinence d’une surprise

Expose les reflets des exigences

L’éclairage des romances se perd en lisière

De landes et de forêts évadées

Le filtre analogique explique

Désigne et réserve

Le damier des stratégies épure

Les désinences relatives

Les accointances dénoncées

La magnitude des séismes

Affrètent des titres de courage

Allégeance et manigance

Au sasse des souffrances

Réverbent  les harmoniques

Des concerts civilisés

Le la donne la dominante

Des musiques latentes.

Une dose de blues

Pour soigner le blues

Sans le soigner tout en le chantant

 

Douze mesure : un blues images et son. et même si ce n'est pas un blues

on retrouve Leadbelly

Repost 0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 00:01

Étal du jusant

Ecrans-partiels-011.jpg

Entêtement ou erre

Courants et vents contraires

Laissent le sillage décider

Les mémoires sel et fiel

Font barrage arrêt sur image

Attention sous tensions

Tension de l’attention

Aulofées instinctives

L’étal de l’âge

De pierre, de fer ou de ciment

Grand largue sur avis de tout venant

Colères et recels complotent et cuvent en cale

A la lime les rites exhument leurs défaites

Fêtes et sépultures émiettent

Leurs durcissements

Quelque part entre tarte et commissures

Cartes et messes sur mesures

Allure sans forfaitures  

Que serre aux entournures la sincérité

Qui minute les SOS et compte sur les doigts

Les répits et les trêves

 

pour faire écho à Biloba une de Woody Guthrie et Sonny Terry

 

Repost 0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 00:01

show-room

monument-001.jpg

Au flic utopiste

Le monument à C.

Lino sur papier préparé.

Sous « un crépuscule » techniques mixtes de pj.

Au dessus de  « Racines urbaines » une réalisation exposée dans le cadre de « ballades à contre tons avec oiseaux », jamais mise en ligne.

Voilà c’est fait

La vie des murs

La vie des œuvres

La vie en images

La vie et puis…

encadrements-003-copie.jpg

 

une lecture  : Florence Bandrier était à Pul's Art.

 

un aveugle pour accompagner : Willy DeVille

Repost 0
Published by pjtg - dans intermède
commenter cet article
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 00:01

Revif

Ecrans-partiels-010.jpg

A vif sans if le rêve n’est décisif

Il est

Allusif hâtif  exclusif  sans dérivatif

Les sémaphores au large des ports

N’éclairent que les amers

L’éclair est à larmes

La larme s’éclaire

Et redouble de charme

Pour haler le chaland

Grains brefs mais nourris du dedans

Dans l’attente des cinquantièmes hurlants

Le cygnal d’Hans Christian

Se vêt tout doucement

D’éclats et d’états qui tâtent

Les moments du bout des mots

Encore œufs de métrages

Pour arpenter les ans

 

Mahalia Jackson sa voix et cette chanson ....

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche