Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 01:01

Dits des tomes

pjtg invitent p e / feuilles et dichotomie deux

Un bout donne deux qui clonent / Icône âme amovible / Ceinture des scènes situées / En contre champ / Contre chant / Canons ou motets / Plans et intervalles / Faces et interfaces / Au sein la feuille / Le limbe ceint / S’enroule accouple et souple dit soute / Dix sous le dessous / Des dires diurnes solubles dans le tu / Des dits nocturnes  / Sous évalués / Les volts vouent la vire / Sans délires / La sève tentée des douleurs dessaisonnées / Esses aux esclandres élastiques / En suites et lignes de fuite / Esquintées escamotées expliquées explosées explicité / Espaces interlignes sur l’azur d’Arthur / Où la verdeur édicte des ivresses / Absinthes et absentes ou à sentes sinueuses / Sens désignés / Signes dézingués  / Sérieuses séries / C’est ris de mats sur l’azur des papiers / Des pas liés / Paliers de l’ascension / Pas à pas signée dans l’éther réel / Aile .......................................................

lino : p e / txt et choix musical : tg

Repost 0
Published by pjtg
commenter cet article
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 11:25

Arbres et compagnie enrouent âges

 

pjtg invitent p e / feuilles et ramures & cie quarorzième

La houppe en éclats s’éclaire

Vers envers revers travers dévers

Les neurones des voûtes

Sus pendus derrière là où errent 

Des lumières toutes de tentions

D’attention de missions indélébiles

D’expansions extensions expulsions

Les décisions se font au fond des creux

Où s’enracinent des floraisons des feuillaisons

Des expressions en toutes saisons

Sait on point d’interrogation où pensent les arbres

Leur pas science ou meurtrissures

Les serments bien pensants ne suffisent

Aux ans ils n’endiguent ni n’indiquent

Balances de précisions aux indications

Silencieuses les saisons dénaturées

Apportent sur les ramures les douleurs

Aux traits insignes et signent toutes couleurs

lino : p e / txt et choix musical : tg

Repost 0
Published by pjtg - dans pjtg invitent
commenter cet article
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 01:01

du signe aux vers

pjtg invitent p e / dichotomie  un et/ou

Pas à pas / Accords qui s’encordent / Cordes courtes / Courts raccords / Sur l’heure et en corps / Code qui signe un et deux / Cligne le tiret / Un donne d’eux / Des traits tire et… / Selles scellées au sels des solitudes / Sceaux des concaténations galopantes / Un dit deux et deux donnent / Ou tracent ou enflent ou éternisent ou entretissent ou exultent ou entre bises / Entent bises / Entre bises ou culbutent cellules / Scellées et sceaux ou traite ment songe / Quand sert le trait d’un / Il dit d’eux / Ile une puise deux / Car s’aboutent / D’où laisses qui ne se lassent /  Es passe et plut / Plus si deux bouts car quatre / Puis gé ô métrique / Cas te dit et ça fuit par tous les bouts / Et ça gagne / Dévore / Dé roulant d’un bord l’autre / Du sang du centre / Au sans sens des bords / Du sens sans certitude autre que l’absence de sens du terme / Au terme des termes /

lino : p e / txt et choix musical : tg

Repost 0
Published by pjtg - dans pjtg invitent
commenter cet article
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 01:01

Arbres et compagnie enrouent âges

pjtg invitent p e / feuilles et cie treize

Repeindre du houppier la perruque soulée

Et oser éclabousser d’éclats acérés

Etreindre des palettes enflammées porter

A ébullition les tons en vers délivrés

 

Les chants drus de l’avifaune intime juchée

Sur les épaules des poètes de service

Avec leurs becs armés et leurs plumes forgées

Aux feux des ans fers et ailes et cicatrices

 

Au dedans des deux faces des mêmes actrices

La sueur des fosses l’allume heurts et la lutte  heures

Là bascule le fil du tissage en vers lisses  

Mous et mousses s’excusent Appel aux vers sœurs 

Repost 0
Published by pjtg - dans pjtg invitent
commenter cet article
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 01:01

Aux Rives des rides

 

À quoi rime elle / quinzième coup d’aile

Quand le ciel s’allume aux ailes des corbeaux

Et que les becs entonnent des chœurs si beaux

Que la nuit se déride et pousse des lambeaux

De nébuleuses en cadeaux  aux matinaux

 

La lèvre de la nuit baise les traines noueuses  

Des belles amoureuses qui dédient leurs heures

Tissées entre dermes et nerfs en fleurs

Dans les chevelures aux sentes sinueuses   

 

Ces oiseaux aux plumages moirés par les charmes

Et les rythmes des vivaces armés alarmes

Que dispersent les cils bizarres des hasards

Derrière le bar sans fards des derniers rencards

À quoi rime elle / quinzième coup d’aile

images, txt, choix musical : tg

Repost 0
Published by pjtg - dans à quoi réel
commenter cet article
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 01:01

Rives de rimes

 

À quoi rime elle / quatorzième coup d’aile

Sur les bords des coups d’ailes virent des images

Elles accumulent des messages aux couleurs

Tendues Les oiseaux les arrangent quand le cœur

Le peut  quand les veines battent dans le corsage

 

De celles qui lisent au creux des mots qui bougent

Les voltes et les loopings des piafs et des sternes

Allument dans les pages sans titres des cernes

Que les lèvres averties soulignent en rouge

 

Détachés sur les marges  des éphémérides

Les jours se dévoilent sans masques ni vêture

Maquillés par les souhaits magnifiés censure

Aux accents armoriés par les runes des rides

À quoi rime elle / quatorzième coup d’aile

images, txt, choix musical : tg

Repost 0
Published by pjtg - dans à quoi réel
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 01:01

Rimes sans mires

 

À quoi rime elle / treizième coup d’aile

Que chantent les oiseaux du silence des plaies

Quand la chaleur des étés se coud dans les traits

Une flamme plissée dans le sillage effraie

Les charmes des enfants dont la nuit se défait

 

Aux aurores poivrées des textes auréoles

La chaleur des gestes tisse des paraboles

Qui donnent aux croisées des allures d’oboles

C’est que les brumes prêtent aux nerfs des idées folles

 

Dans les membrures si frêles que les vents vrillent

À les caresser ou par sympathie en fille

Des subtiles allégeances Les nébuleuses

De Guillaume s’y nichent aux heures peureuses

À quoi rime elle / treizième coup d’aile

txt / image / choix musical : tg

Repost 0
Published by pjtg
commenter cet article
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 01:01

Mire de rimes

 

À quoi rime elle /onzième coup d’aile

Et puits sur la soif s’épuisent les oiseaux clairs

Quand sur les évidences s’élancent  les frères

Et que se sèment sur les crépuscules pers

Des nuages éperdus de crânes amers

 

La mère aux yeux fardés par des deuils échancrés

Reçoit sur le parvis des églises nacrées

Un silence maculé des cris de l’enfance

Elle mue et repousse du sein la sentence

 

Les nuées se damnent sur les flammes des binaires

La contre aire ne peut dire les chants austères

Que se passent des bandits sur la lame bleue

Qui s’élève seule dans le ciel des adieux

À quoi rime elle /onzième coup d’aile
Repost 0
Published by pjtg - dans à quoi réel
commenter cet article
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 01:01

Le Prix Polar Michel Lebrun récompense un polar (comme son nom…) d’expression française, édité dans l’année.

Pjtg & l’Atelier de Groutel réalisent l’objet

 

Intermède PPML / trophée PPML MMXV

Il a été remis à Franck Bouysse pour « Grossir le ciel » édité à la Manufacture.

Intermède PPML / trophée PPML MMXV

Où on voit : le parrain de l’année Jean-Bernard Pouy (assis) qui a fait un brillant discours

Franck Bouysse, qui a fait un beau discours

Jean-Marie qui remet le trophée et Jean-Claude (membres éminents de l’association PPML) qui eux aussi ont bien exprimés.

 

textes, images, choix musical : tg

Repost 0
Published by pjtg
commenter cet article
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 01:01

Mythes en mire

 

À quoi rime elle /douzième coup d’aile

Et maintenant glissent sur la verve les ans

S’avivent les couleurs et plissent les pétales

La viande des galaxies s’irise pourtant

Corolles et pétioles au bout des rues étalent

 

Les voiles des visages mixés dans la calle

Et rire dit le vent quand les risées s’affalent

Sur des paysages exogènes maniés

Par des acteurs ailés dont les ombres veinées

 

Irriguent les saisons les ruelles perlées

Des sueurs et des saignées que les tâches nouent

Au bout des déserts arrondis par les yeux fardés

Avec pour tout viatique la tendresse sans sous 

À quoi rime elle /douzième coup d’aile

txt / images / choix musicaux : gt

Repost 0
Published by pjtg - dans à quoi réel
commenter cet article