Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 01:00

ras de marée

tenèbres013

 

La taie douloureuse cadastre son squelette

Les eaux limoneuses d’un blues de Muddy

Allument sur la rive une balise frêle  

Les oiseaux du soir viennent se poser

Les lèvres du repos déposent sur les plaies

Un baume éphémère mais tangible et amer

Viatique aux pattes d’oiseaux mobiles planqués

Dans l’étendue indomptée des marges ignorées

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pjtg - dans ténèbres
commenter cet article

commentaires

Minik do 17/12/2012 17:42

Blog du mois dans "la toile de l'un"
En voilà une bonne nouvelle !

pjtg 17/12/2012 18:17



quel honneur n'est-ce-pas ? nous en sommestout retournés.



martine 17/12/2012 10:25

peut-être une fenêtre d'où l'on peut lire comme dans un livre!

pjtg 17/12/2012 13:53



la fenêtre des effarés de Raimbault qui regardent le fournil du boulanger.



TELOS 17/12/2012 06:37

une fenêtre ou les pages d'un livre.. ou le livre est une fenêtre..

pjtg 17/12/2012 13:52



les pages d'un livre ouvert : "fenêtre sur la vie", une fenêtre diaphragme entre dedans et dehors ou inversement.



Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche