Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 01:00

- piège -

 

tenèbres014

 

La nasse se referme sur les matières grises

Démiurge impalpable aux allures de phénix

Elle creuse dans le sable des souvenirs ténus

Des châteaux incongrus à demi inversés

Les racines des arbres y viennent ratisser

Des engrais convoités par des anges déçus

La main des enfants blêmes désignent des fissures

Où des fleuves se perdent en des sables voraces

 

 


après quelques linos, retour aux ténèbres et la suite pont et reprises

Partager cet article

Repost 0
Published by pjtg - dans ténèbres
commenter cet article

commentaires

Topa 23/12/2012 18:37

Peut-être le petit trou de l'appareil-photo, là où la lumière fait des miracles selon l'ouverture, la vitesse, la profondeur de champ, etc.

pjtg 24/12/2012 11:37



une camera obscura, un trou dans le crâne, le trou de la serrure, reste à savoir par quel côté on regarde.


 



TELOS 23/12/2012 09:31

un trou de souris....

pjtg 23/12/2012 13:31



qui accouche d'une montagne, ceci uniquement pour le clin d'oeil, à la formule. loin de moi l'idée de toute comparaisons outrageuse ou infatueuse.



Martine 23/12/2012 09:26

errer ou ne pas errer en ce lieu ! assez ténébreux celui-ci!

pjtg 23/12/2012 13:29



peut-être est-ce un sas ou passage quasi obligé, une voie qu'empreintent les voix ?



L.D 23/12/2012 09:01

"Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires."
Pierre Dac

pjtg 23/12/2012 13:28



ce cher Pierre.


Peut-être les problèmes, si li y a, ne viennent pas ou peu de la matière mais plutôt de ce qui l'alimente. et on peut essayer de repeindre les idées ; voir "arc en ciel blues".



Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche