Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 00:00

Etude opus quinze dite en X mineur

encres vergé-15

Les enseignes effacées dealent

Des comptines assourdies

 

C’est la mère Flubère

Qui concasse les noix

Dans la raie de son cul (bis)

C’est la mère Flubère

Qui concasse les noix

Si bien que ses amants

Arrivent par devant

 

Et les petits enfants

S’en viennent doucement

Avec de pleins paniers

De coques à briser

 

Les oiseaux de la nuit s’inventent des ogresses

 

 

Gaston Couté on ne peut l'oublier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tilk 12/09/2013 12:05

moralité il faut profiter de tout...
amitié
tilk

pjtg 12/09/2013 13:21



et tout peut avoir des bons côtés (enfin beaucoup faut se méfier des généralités hâtives), tant va la vie que tout avis peut être retourné. et retour. @ +



Tmor 11/09/2013 19:44

Un volcan enfumé ou un terril blanc ? J'ai visité récemment les salines d'aigues mortes (Camargues) les montagnes de sel (blanc) du coup avec ton image j'y suis encore un peu. @ bientôt.

pjtg 12/09/2013 13:19



c'est tout le sel des images.bon un peu facile, mais ce qui me plait c'est que ça provoque à imaginer, à retrouver et aller plus loing. sans dogme. @ +



Minik do 11/09/2013 14:53

Si je comprends bien
la mère Flubert
nous les brise...

pjtg 11/09/2013 19:37



on pourrait le penser, mais les interprétations, liées aux expressions enfantines, et aux souvenirs qui s'y rattachent, n'est pas forcément très objective. reste le plaisir de les retrouver
(inventer).



telos 11/09/2013 07:23

ah ah j'adore.je m'y projette bien dans ce texte. ah ah.les mamies ne sont plus confiture.

pjtg 11/09/2013 13:33



ouh la la je n'aurais jamais oser viser quelqu'une. ce qui me pose des problèmes pour choisir (inventer) les noms. heureux que cela te plaise @ +



Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche