Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 00:00

et vint la nuit

encres-sans-fond-0012.jpg

Gospel aux ailes broyées

Qui lance aux échos ses appels

Dans la nuit des mots noyés

Eviscérés dans le missel

Nègre blanc sans foi ni loi

Migrant sans retour ni droits

Chien de meute isolé dans les bois

Riff désossé retourné dans les doigts

Les mains électricité saignent

Des canons sans répons ni clef

Un naufragé sur un vers enseigne

La brasse à des pendus gelés

Au casino un estropié joue sa guibolle

La mère retient son placenta

Le père dessoule dans la rigole

Et l’ADN s’amuse à avaler des doses

D’opium pour peindre la mort en rose

encres-sans-fond-0012n.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Topa 20/04/2014 07:07

J'ai aperçu une dame blanche, c'est bon signe...

pjtg 20/04/2014 09:36



je ne sais, j'ai fait un positif / négatif et je ne sais plus si le noir est blanc ou inversement.



cafardages 19/04/2014 18:41

accords parfaits entre texte, musique et graphiques !

pjtg 20/04/2014 09:35



merci, la chanson (blues) est une reprise par la grande Rory du grand Mississippi John Hurt. Avalon blues, Candy man etc...



Tmor 19/04/2014 12:02

Image crépusculaire. Très belle perspective qui s'enfonce toujours plus et encore vers l'horizon

pjtg 19/04/2014 16:46



et la nuit n'est pas loin, la perspective se perd dans les ténèbres, même si un moment le chemin fut accompagné des arts, l'horizon est insondable.



Mistinguette 19/04/2014 08:12

C'est bien noir tout ça... Mais c'est bien beau.

pjtg 19/04/2014 09:08



les temps ne sont pas riants, sur le plan personnel et d'une manière plus générale. on trouve un peu de "beauté" dans les noirceurs.



telos 19/04/2014 06:32

et pendant ce temps coule la " seine "

pjtg 19/04/2014 09:05



et nos amours faut-il qu'il s'en souvienne... bien loin de la Seine, l'Huisne ou la Sarthe témoignent.