Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 00:00

Racines dorées

tout blues 02

 

Et sur les rives du grand fleuve

Le soleil joue à dessiner

Des images sans cesse veuves

Et des dangers aux noms cachés

 

Sur l’eau à la mémoire folle

Un vieux miroir au tain voilé

Convoque et pétrit des idoles

De sang de rêves et de doigtés

 

Le soir appelle la nuit forte

Des bastringues des grandes scènes

Où les lignes entre l’ébène 

Le lait cru et les langues mortes

 

Mêlent les peaux  et les amours

Les mots les maux et le grand jour

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pjtg - dans blues
commenter cet article

commentaires

la bacchante 31/05/2014 18:05

Cela faisait quelques temps que je n'avais pas eu le temps de passer. Ca fait du bien.

pjtg 01/06/2014 08:52



merci pour ta visite, j'espère que tu as trouvé un peu de comestibles. @ +



martine 31/05/2014 09:34

encore un poème qui me touche fort en émotions ...à quand le recueil

pjtg 31/05/2014 10:25



ouh la la je ne sais ! Jacques le loup typographe a évoqué 2015... qui vivra verra, merci pour le compliment.



Tmor 31/05/2014 09:24

Des rails s'enfonçant dans la ligne de fuite
Toujours plus près du soleil, plus ou moins couchant
Un beau travail sur les couleurs
Texte épuré

pjtg 31/05/2014 10:23



merci, les rails : guides et incitation à aller plus loin (géographie) et plus profond (pensée plastique), Char a écrit que la lucidité est la blessure la plus proche du soleil.



Topa 31/05/2014 08:19

On flirte avec Gustave (Doré)...

pjtg 31/05/2014 10:21



ouhlala ! quelle comparaison, je n'oserais pas si ce n'est pour l'adjectif qui en ce cas est tout à fait adapté.



Minik do 31/05/2014 07:45

Changement de style et de décor.
J'aime beaucoup.

pjtg 31/05/2014 10:19



"changer de lit changer de corps à quoi bon puisque c'est encore moi qui moi-même me trahit"


a écrit Aragon (mis en musique par Léo)