Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 01:01

Frisons les pignons (*)

pi-gnons-09.jpg

 

Le

Pignon

D’une maison

C’est simple à dessiner.

Un carré et dessus un triangle,

Isocèle c’est plus parlant, plus iconique.

Deux maisons côte à côte et voilà des voisins, dans une rue de n’importe quelle ville.

Entre les deux maisons des signes de connivences : un escalier, une palissade, Identiques, peut-être l’ont-ils acquis en commun, ou fabriqué ?

On dit ce sont Anna et Hannah qui habitent là

Elles vivent seules, leurs maris, compagnons sont morts depuis pas mal de temps, peut-être elles ont aidés : arsenic, alcools frelatés, abus de bons repas, le tout ensemble

(Aide volontaire ou non).

Elles s’entendent très bien, même depuis que la surdité les travaille.

 

(*)Du verbe friser : faire une frise en accolant d’une manière ou d’une autre des figures identiques afin d’obtenir une chaine (ou frise comme cheval de frise).

 

 

 

pourquoi ce disque : parce que la pochette a été dessinée par Ernest Pignon Ernest

et on ne se lasse pas de Colette

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pjtg - dans pignons
commenter cet article

commentaires

Martine je 26/01/2015 15:56

Oh!pignons bien trempées......avec répression.......

pjtg 26/01/2015 18:41



les pignons tiennent face aux intempéries, aux chamboulements quelqu'ils soient (révoltes émeutes, orages de toutes natures) Colette et E Pignon E. nous rappellent ces moments, que je n'oublie
pas.



Topa 26/01/2015 14:47

Ah ! Colette Magny ! Ce n'est pas n'importe qui !...
Merci de la rappeler à notre bon souvenir...

pjtg 26/01/2015 15:08



La grande Colette, et les pochettes de E. Pignon E. de grands souvenirs ! les 33 ça avait de la gueule.



tilk 26/01/2015 13:21

un très beau pignon sur vue....
amitié
tilk

pjtg 26/01/2015 15:07



n'est ce pas ? il faut dire que Pascal chiade ses pignons, et depuis le temps qu'il en pond, toutes les matières sur tous les supports, de toutes les tailles, ainsi font font font...



Lily 26/01/2015 10:28

"Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.
Par-delà des vagues de toits, j’aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec son geste, avec
presque rien, j’ai refait l’histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même ..." Charles Baudelaire Petits poèmes en prose

pjtg 26/01/2015 15:05



au soleil c'est ce qu'on expose, ce qu'on donne à voir : d'où mise en scène, mise en condition, ce qui se passe derrière une fenêtre est de l'ordre de l'intime, du véritable au sans de spontané,
sans afféteries, ces pignons coiffent le tout depuis des années, des lustres..; Charles je l'ai pas loin je vais feuilleter.



Tmor 26/01/2015 09:05

Thé âche,
Le don de double vue offre un regard panoramique, explicite, didactique et à la fois ludique sur cette série. Quant à ce qu'il se passe à l'intérieur de ces pignons, c'est une toute autre
question...
@ bientôt.

pjtg 26/01/2015 09:19



le mystère reste entier, on peut juste le suggérer, esquisser des pistes, en fonction des états d'esprit du mot et des moments. peut on savoir ce qui s'agite dans notre boite cranienne ? notre
pignon sur les autres ? point d'inter interrogation.



Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche