Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 01:01

Quasi blues

Ténèbrescences / suite en si pentatonique

Posé sur l’horizon un pignon en faction

Dirige l’orchestre et assure la cadence 

Entre les lignes des portées en résistance 

Les ombres se dessinent des portraits fictions

 

Approximatives qui viennent sur les rives

Des rêves en incubation peser les rides

Et les affleurements qui irisent les vides

Quand la substance ce déploie et récidive

 

Architectures armées de reflets chargés

Des essences passées et des espèces nues

Les oiseaux du silence n’osent se poser

Ils refluent vers des espaces entraperçues

image : pj / txt et chxmusic : tg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Topa 21/03/2017 22:16

Gaby, petite madeleine...

pjtg 22/03/2017 10:04

un classique maintenant, j'écoute de vieux 33 et je me dis que beaucoup de chansons ne méritent pas de tomber dans l'oubli ?

ZAZA 21/03/2017 10:24

Des oiseaux qui ne font que passer. J'aime beaucoup cette chanson de Bashung. Merci.
Bises et bon mardi

pjtg 22/03/2017 10:02

les oiseaux sont libres, cette chanson est devenue un standard ...

Tmor 21/03/2017 08:47

Oui les oiseaux du silence n'osent pas se poser. L'horizon est trop troublé.

pjtg 21/03/2017 09:51

le silence peut être une manière de préserver, et un espace de mise à distance en attendant et en cherchant une manière de le représenter

photodilettante 21/03/2017 08:20

tu dis bien l'obscur..

pjtg 21/03/2017 09:49

ou du moins le moins éclairé ; les espaces qui ne reçoivent pas beaucoup de lumière mais qui sont ...

Minik do 06/03/2017 07:43

Bien, le choix de Bashung !

pjtg 07/03/2017 10:27

bon de

pjtg 06/03/2017 10:46

merci c'est une valeur sure, et c'est bonde s'en souvenir

Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche