Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 00:01

En Marges

Last band / huis t’y est pas

Les oiseaux des écrits se mirent dans les yeux

Des voyelles celles d’Arthur et de ses frères

La douleur des offenses recouvre les cieux

Les lettrages des oiseaux écument les mers

 

La force des accords le fier envol des vers

Bibliothèques extrapolées couchées sans peur

Dans l’ombre des juk’box branchés sur le secteur

Avec en haut des cuisses la tension ternaire   

 

Qui se souvient des oiseaux si beaux éperdus

Entre les lectures et les riffs énervés

A face et pile sur le zinc émaillé 

Des Ivresses salées aux relances indues   

txt et image : tg

Partager cet article

Repost 0
Published by pjtg - dans bandes
commenter cet article

commentaires

ZAZA 13/06/2015 10:35

Un dessin impressionnant et émouvant tout à fait en adéquation avec ton texte. Bravo. Bises et bon samedi. ZAZA

pjtg 13/06/2015 16:05

merci Zaza, pour les compliments j'essaie de faire au mieux et des dois ça marche ! bon samedi à toi @ +

Topa 12/06/2015 17:37

La présence de ces taches rouges est plutôt inquiétante, d'autant plus qu'elles semblent bien nous poursuivre...

pjtg 13/06/2015 10:12

le temps de la bande, un rouge récurrent, couleur sang : celui qui circule sous la peau et peut faire irruption au moindre accident, rouge passion aussi. @ +

Lily 12/06/2015 09:41

Le gardien de phare aimait trop les oiseaux
Et toutes les voix y ailes se sont tues

pjtg 12/06/2015 10:16

ce txt de Prévert j'ai toujours aimé le lire aux enfants entre autres, et je reste toujours dans l'expectative, poser des questions et tenter des mots pour dire l'indicible, vaste programme ! @ +

Tmor 12/06/2015 08:29

Impressionnant. Le texte fait du corps à corps avec l'image. Des fragments de "Paysage sous surveillance" d'Heiner Muller me sont revenus en lisant, en regardant. J'aime beaucoup cette série.

pjtg 12/06/2015 09:50

ouh la la je suis flatté par la comparaison, Muller est un grand penseur de la modernité, sa manière de revoir les mythes interpelle ! et c'est vrai que ça me cause ! je vais trouver ce "paysage sous surveillance" merci @ +

photodilettante 12/06/2015 07:29

la vie s'écrit toujours un peu en marge de nous-mêmes.

pjtg 12/06/2015 09:37

et oui elle s'écrit même toute seule, quelques fois j'ai l'impression (au plomb) que les dés sont pipés. alors prendre la plume pour le dire ce ré rapage ! @ +

Présentation

  • : Le blog de pjtg
  • : arts graphiques et poésie
  • Contact

Recherche